très tarte

Au registre des sens étranges de certains mots en français, l’utilisation du mot tarte m’a souvent intriguée : un plat relativement raffiné, qui demande plus de temps de préparation que des pâtes, par exemple. Et pourtant, un mot qui est aussi associé à la facilité ou à la lenteur d’esprit – quelle tarte, c’est de la tarte,… Parce que ça se mange tout seul sans qu’on doive trop réfléchir ?

Toujours est-il que j’ai mangé pas mal de tartes ces derniers temps. Après celle à la tapenade et aux figues, j’ai eu envie de tester un autre mélange découvert par hasard cet été grâce à des restes recyclés : lentilles + estragon + purée d’amande & tamari. Un résultat vraiment très fort en goûts je trouve, et qui fonctionne aussi bien en tarte que tout seul en trempette à l’apéro.
Et puis, bien que toujours sans jardin, j’ai croulé sous les tomates offertes de tous les côtés (merci à gauche, merci à gauche), et je me suis souvenue de ces tartes à la moutarde que je mangeais enfant, et que j’aime toujours autant.
Vous êtes prévenu*es, ça va être tarte!

N.B. : la pâte proposée est une option parmi beaucoup d’autres, comme déjà indiqué ici.

FullSizeRender(1) copie.jpg

Ingrédients, pour une grande tarte lentilles – estragon – courgettes

Pour la pâte

  • 50 g de flocons d’avoine (certifiés sans gluten si nécessaire)
  • 100 g de farine de lupin
  • 150 de farine de sarrasin
  • 1 cc de sel
  • 1 cs bombée de purée d’amande
  • 2,5 dl d’eau

Pour la garniture (il en restera un peu moins de la moitié, c’est normal : vous pourrez utiliser le reste avec des sticks de carottes à l’apéro et/ou au goûter!)

  • 200 g de lentilles vertes sèches (600 g cuites)
  • 3 courgettes moyennes
  • 3 gousses d’ail
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 1 pincée de bicarbonate de soude
  • 2 cs bombées d’estragon
  • 2 cs bombées (= 50 g) de purée d’amande
  • 150 ml de tamari

Mettre à tremper les lentilles dans un grand volume d’eau.

Mélanger tous les ingrédients secs de la pâte. Ajouter la purée d’amande et sabler du bout des doigts (= mélanger le mieux possible, mais assez rapidement). Ajouter ensuite l’eau et mélanger à nouveau.
Placer au réfrigérateur pour une demie heure au moins.

Pendant ce temps, cuire les lentilles : commencer par bien les rincer, puis les recouvrir d’eau, ajouter le bicarbonate de soude et faire cuire le tout de 10 à 15 minutes. Une fois que les lentilles sont cuites et encore fermes, sortir du feu et laisser reposer à couvert.

Préparer les courgettes : les rincer, les sécher, puis les découper en petits tronçons de 1 x 3 cm environ. Peler et dégermer l’ail, le couper en tranches fines. Mettre dans une poêle les courgettes, l’ail et l’huile d’olive, faire chauffer à feu fort et à couvert en mélangeant régulièrement pour éviter que ça ne brûle. Cette opération dure environ 5 minutes. Réserver.
!!! Ne pas ajouter de sel, sinon l’eau des courgettes va sortir et il en résultera une sorte de bouillie !!!

Préparer la pâte de la tarte : préchauffer le four à 200°C. Etaler une feuille de papier sulfurisé sur un plan de travail, y déposer la pâte et la recouvrir d’une autre feuille de papier sulfurisé. Etaler la pâte entre les deux feuilles à l’aide d’un rouleau à pâtisserie jusqu’à ce qu’elle soit fine (5 mm d’épaisseur environ).
Enlever la feuille de papier sulfurisé du dessus, enfourner pour 25 minutes, puis laisser légèrement refroidir sur une grille.

Pendant ce temps, laver, sécher et hacher l’estragon, puis le mixer avec les lentilles, la purée d’amande et le tamari.

Il ne reste plus qu’à dresser : étaler le mélange aux lentilles sur la pâte. Y disposer les tronçons de courgettes et servir !

 

FullSizeRender(1)

Ingrédients, pour une grande tarte à la moutarde et aux tomates

Pour la pâte

  • 50 g de flocons d’avoine (certifiés sans gluten si nécessaire)
  • 100 g de farine de lupin
  • 150 de farine de sarrasin
  • 1 cc de sel
  • 1 cs bombée de purée d’amande
  • 2,5 dl d’eau

Pour la garniture

  • 150 g de moutarde en grains
  • environ 700g de tomates (ici 500g de grosses tomates et le reste en tomates cerises)
  • herbes de Provence ou romarin séché en poudre
  • fleur de sel

Mélanger tous les ingrédients secs de la pâte. Ajouter la purée d’amande et sabler du bout des doigts (= mélanger le mieux possible, mais assez rapidement). Ajouter ensuite l’eau et mélanger à nouveau.
Placer au réfrigérateur pour une demie heure au moins.

Pendant ce temps, rincer les tomates puis faire autre chose.

Préchauffer le four à 200°C.
Etaler une feuille de papier sulfurisé sur un plan de travail, y déposer la pâte et la recouvrir d’une autre feuille de papier sulfurisé. Etaler la pâte entre les deux feuilles à l’aide d’un rouleau à pâtisserie jusqu’à ce qu’elle soit fine (5 mm d’épaisseur environ).
Enlever la feuille de papier sulfurisé du dessus puis étaler la moutarde sur la pâte.

Enlever le pédoncule et la partie verte et dure des grosses tomates puis les couper en tranches d’un bon centimètre d’épaisseur, dans le sens de la hauteur, en les répartissant au fur et à mesure sur la tarte. Couper les tomates cerises en deux dans le sens de la hauteur, voire en quatre pour les petits interstices, et essayer de remplir tous les trous entre les rondelles de grosses tomates.

Parsemer d’herbes de Provence ou de romarin séché et moulu.

Enfourner pour 25 minutes, puis laisser légèrement refroidir sur une grille avant de parsemer de fleur de sel et de servir.

Rondini farcis de panna cotta à l’ail + soupe aux herbes

Honneur aujourd’hui aux rondini, ces petites courgettes rondes qui se prêtent particulièrement bien à être farcies. Par exemple avec de la panna cotta à l’ail.

Et puis, pour éviter le gaspillage de rondini, je vous propose une seconde recette : celle d’une petite soupe crue à préparer avec n’importe quelle sorte de courgette que vous aimeriez farcir et dont il vous resterait de la chair.

De quoi, j’espère, faire durer encore un petit peu l’été sous ces latitudes…

photo 3(1)

Pour trois rondini farcis de panna cotta à l’ail

  • 2 têtes d’ail
  • 1 cc d’huile d’olive
  • 3 rondini
  • 3 dl de lait végétal, p.ex. d’amande (pour le faire maison, j’utilise toujours la même recette)
  • 1 cc de sel aux herbes
  • 1 cs de maïzena
  • 1 g (= ½ cc) d’agar agar
  • quelques pétales de soucis (facultatif)

Préchauffer le four à 180°C.
Couper la pointe des têtes d’ail, les badigeonner d’un peu d’huile d’olive puis les entourer de papier alu. Les mettre dans un plat allant au four et cuire pendant 40 minutes.
Pendant ce temps, couper le chapeau des rondini et en creuser l’intérieur en laissant une coque d’un centimètre d’épaisseur. Garder la chair des rondini pour une autre utilisation (p.ex. la soupe froide dont la recette suit ci-dessous). Cuire à la vapeur pendant 3 à 5 minutes les coques et les chapeaux des rondini. Réserver.

photo 2(1) photo 1(1)
Sortir la chair d’ail en appuyant sur les gousses, mettre cette chair dans un petit bol et l’écraser à la fourchette.
Mettre dans une petite casserole le lait d’amande, le sel aux herbes et la chair d’ail écrasée.
Prélever 3 cs de lait d’amande et le mélanger dans un petit bol avec la fécule de maïs. Ajouter à la casserole et mélanger.
Faire cuire le tout : porter à ébullition puis baisser la température sur un feu moyen à fort. Bien mélanger au fouet pendant toute l’opération pour éviter les grumeaux.
Lorsque le mélange a épaissi (ceci prend quelques minutes), le couler dans les coques de rondini, laisser refroidir puis mettre au frais pour quelques heures (ou tout une nuit) avant de déguster en parsemant éventuellement de fleurs de souci et en accompagnant le tout d’une bonne salade.

photo 4(1)

Pour deux bonnes portions de soupe de courgettes à l’estragon

  • 300 g de chair de courgette (p.ex. le contenu de 3 rondini + 2 petites courgettes)
  • 5 brins d’estragon
  • 5 brins de persil
  • 100 g de yaourt de soja
  • quelques gouttes de citron
  • 1 cc de sel aux herbes
  • 1 cc d’huile d’olive
  • deux bonnes pincées de pousses germées (facultatif)

Laver et sécher les courgettes, l’estragon et le persil. Couper grossièrement les courgettes, effeuiller et hacher l’estragon et le persil.
Mettre les légumes et les herbes dans le bol d’un blender et y ajouter le yaourt, quelques gouttes de citron, le sel et l’huile. Mixer le tout.
Servir avec éventuellement quelques pousses de graines germées en déco.

NB 1 : cette soupe peut être réchauffée légèrement en fonction des envies…

NB 2 : si vous avez un blender puissant, il suffit de tout mixer entier et c’est prêt (inutile de couper les courgettes, l’estragon et le persil au préalable).

photo(1)