Tartelettes choco, citron & gingembre

Une envie de pâtisserie m’a prise dernièrement et j’ai combiné le piquant du gingembre à l’acide du citron, le tout contrebalancé par la douceur d’une ganache au chocolat et au lait de coco avec encore du gingembre confit. Une recette aux goûts contrastés sans le côté ultra régressif de beaucoup de sucré.

Ces tartelettes sont constituées des couches suivantes :
–       pâte sablée
–       gelée citron-gingembre
–       petits morceaux de gingembre confit
–       ganache chocolat et lait de coco

 photo 2

J’aurais bien voulu vous proposer une photo qui montre toutes ces couches, mais le succès de ces petits gâteaux m’en a empêché (il n’en restait plus après le repas…). Alors je vais vous dire en deux mots ce que j’aurais aimé qu’on voie sur l’image : la pâte sablée est vraiment très sablée et aussi un petit peu croquante parce que j’ai utilisé de la farine de kamut. Si vous préférez une pâte uniquement fondante (ou que vous n’avez pas de farine de kamut en stock), utilisez-en une autre – de la farine bise p.ex.
J’ai fait 12 tartelettes assez épaisses avec cette quantité de pâte. Si vous préférez les tartelettes plus fines, prévoyez plus de moules et diminuez le temps de cuisson. Ces fonds peuvent être facilement congelés une fois cuits (à mettre ensuite une nuit au frigo avant de les utiliser).
La gelée au citron n’est pas du tout sucrée et les petits bouts de gingembre confit servent donc à contrebalancer ceci. Avec le dosage d’agar-agar choisi, elle est ferme sans être ultra dure, le traumatisme des jellies britishs étant passé par là…
Pour la ganache, j’ai utilisé une recette simplissime découverte lors d’un cours de cuisine chez Laurence Salomon il y a quelques années : du lait de coco, du chocolat, et voilà.

photo 1photo 3

Pour 12 tartelettes choco, citron & gingembre

> la pâte
–       50 g de margarine végétale
–       50 g de graisse de coco*
–       100 g de farine bise
–       100 g de farine de kamut (peut être remplacée par plus de farine bise p.ex.)
–       ½ cc de sel
–       ½ cc de poudre à lever
–       5 cs d’eau tiède
* en vente en magasin bio, peut être remplacé par plus de margarine

> la gelée citron-gingembre
–       5 cm de gingembre (= 20 g non pelé = 1 cs une fois pelé et râpé)
–       1 citron
–       1.5 dl d’eau
–       1 cc rase d’agar-agar
–       50 g de gingembre confit (11-12 pièces)

> la ganache chocolat-coco
–       100 g de chocolat noir
–       110 ml de lait de coco (le même que celui qu’on utiliserait pour un curry)

Pour la pâte
Faire fondre doucement la graisse de coco et la margarine dans une petite casserole.
Mélanger tous les autres ingrédients dans un saladier.
Quand la margarine et la graisse de coco sont fondues, les ajouter au saladier, mélanger à la cuillère.
Ajouter l’eau et mélanger à la main pour rendre le tout homogène (sans pétrir).
Mettre au frigo au moins 1 h avant utilisation.
Préchauffer le four à 180°C.
Fariner un plan de travail, y étaler la pâte et découper des ronds de la taille des moules.
Graisser les moules (j’utilise de l’huile d’olive), y déposer les ronds de pâte et enfourner pour 20 à 30 minutes.
Au sortir du four, laisser refroidir sur une grille.

Pour la gelée citron-gingembre
Prélever 12 petits morceaux de gingembre confit et le réserver pour la décoration. Couper le reste en fine tranche et le répartir sur les fonds de tarte froids.
Peler et râper le gingembre dans une petite casserole.
Laver le citron, en prélever le zeste et l’ajouter dans la casserole.
Ajouter l’eau, porter à ébullition et laisser cuire sur feu fort pendant 2 à 3 minutes.
Passer le jus ainsi obtenu à travers un tamis, le remettre sur le feu avec le jus du citron et l’agar agar. Porter à ébullition et laisser bouillir 1 minute 30.
Verser dans les fonds de tarte garnis de gingembre confit, mettre au frigo une demie heure. Le mélange est très liquide avant de passer au frigo, c’est normal !

Pour la ganache choco-coco
Faire fondre le chocolat au bain marie.
Hors du feu, ajouter le lait de coco.
Couler cette ganache sur les tartelettes, mettre au frigo.
Au bout d’une demie heure environ, la ganache a commencé à prendre. C’est le moment d’ajouter sur chaque tartelette le petit morceau de gingembre mis de côté pour elle. Laisser encore une demie heure au frigo avant de déguster.

NB: ces tartelettes peuvent être préparées la veille voire deux jours avant – les saveurs seront encore meilleurs!

photo 4

La vie en rose et des choux de Bruxelles

La recette qui suit n’est peut-être pas la plus motivante à prime abord : betterave cuite et choux de Bruxelles n’ont pas toujours bonne presse. Alors qu’il suffit d’un peu d’acidité pour que la première perde le goût terreux qui la rend peu populaire, et d’épices pour rendre les deuxièmes irrésistibles. Le tout avec des haricots secs aux couleurs de circonstance (dont j’ai déjà parlé ici). Le mélange donne un résultat contrasté au niveau des textures et des goûts.
Je précise encore qu’un des facteurs qui a traumatisé tant d’enfants face aux choux de Bruxelles est qu’ils sont régulièrement beaucoup trop cuit. Du coup leur texture comme leur goût deviennent moins intéressants. Ils sont bien meilleurs al dente ! Si toutefois les choux de Bruxelles vous rebutent trop, ils peuvent être remplacés par des carottes ou des navets en suivant la recette telle quelle.

Appeler ceci un curry rose constitue un petit abus de langage puisque cette recette utilise de la pâte de curry verte. Le plat est pourtant bien rose, et je dois dire que, particulièrement en hiver, mettre de la couleur dans ce que je mange est une source de bonne humeur gratuite et apparemment inépuisable. Mais peut-être que ça passera quand je serai grande…

photo

Curry rose, pour deux portions

–       200 g de choux de Bruxelles préparés (soit 250- 300 g avant d’en enlever les feuilles extérieures abimées et les pieds)
–       ¼ cc de sel
–       1 dl d’eau
–       2 cc d’huile d’olive
–       ½ cc de pâte de curry verte*
–       1 cs de sauce soja
–       200 ml de lait de coco
–       200 g de betterave rouge cuite, pelée et coupée en
–       150 g de haricots secs cuits (type Soissons)
–       2 quartiers de citron
–       coriandre (ou cerfeuil, facultatif)
* En fonction des papilles de chacun-e-s, ce plat peut être plutôt doux ou carrément corsé. ½ cc de pâte de curry vert achetée en épicerie asiatique correspond à un plat peu piquant. Avec les produits des supermarchés occidentaux qui sont beaucoup moins forts, il faudrait au moins 1 cs pour donner un peu de goût.

Peler les betteraves et les couper en cubes d’un cm de côté environ, réserver.
Préparer puis rincer les choux de Bruxelles. Les mettre dans une poêle avec le sel et l’eau et les cuire environ 5 minutes à couvert à feu moyen à fort (il doivent rester très al dente).
Après 5 minutes, il ne reste qu’un petit fond d’eau. Ajouter alors l’huile et la pâte de curry, faire revenir 2 minutes.
Ajouter le lait de coco et la sauce soja, porter à ébullition.
Baisser le feu (feu moyen), ajouter les betteraves et les haricots et laisser encore cuire 5 minutes afin que tout soit bien chaud.
Servir avec du riz pour un repas complet (sur la photo, le riz est un arborio violet complet, mais avec du basmati standard c’est aussi très bon). Proposer sur la table les quartiers de citrons pour que chacun-e puisse acidifier son curry à sa convenance et éventuellement aussi un peu de coriandre (si vous avez réussi à en trouver qui ne vienne pas de beaucoup trop loin, ce qui n’est pas forcément très simple en hiver… Très bon sans aussi). Pour la photo et à défaut de cette herbe, j’ai mis un peu de cerfeuil sur le plat. Tout à fait facultatif.