Salades de lentille – versions printemps et été

Quelques semaines ultra intensives de boulot suivies de deux semaines de vacances ont eu raison de ma présence ici pendant plus d’un mois… Me voilà de retour, et avec un de mes dadas : des salades de lentilles. Un plat qui s’adapte à toutes les saisons, aux grandes comme aux petites faims, qui peut servir de plat principal ou d’accompagnement… Vous avez déjà eu droit à une version hiver, place aujourd’hui à des modèles printemps et été.
J’adore les salades de lentilles sous toutes leurs formes, les mélanges de textures et de goûts sont sans fin. La version été que je vous propose aujourd’hui a pour base des lentilles beluga (ou lentilles noires) et des fèves, associées au sucré-acidulé des cassis pour rester dans des tons foncés. Du basilic et du tahine viennent arrondir les saveurs.
La version printemps aurait dû apparaître ici il y a déjà un moment… Même si ça n’est plus la saison de l’ail des ours ou des asperges, je la poste aujourd’hui car elle est vraiment trop bonne et facilement adaptable à l’été en utilisant du basilic et des petites courgettes.
Et en parlant de courgettes… je vous en reparlerai très bientôt !

photo 5(1)

Salade de lentilles aux fèves, cassis et basilic, pour un petit saladier
–       30 grosses fèves (ce qui correspond à 200 à 300 g de cosses entières)
–       120 g de lentilles beluga
–       1 feuille de laurier
–       le jus d’un citron
–       1 cs d’huile d’olive
–       1 cs rase de tahine
–       1 cc rase de sel aux herbes
–       3 brins de basilic
–       2 petits oignons nouveaux
–       150 g de cassis
–       quelques fleurs de bourrache (facultatif, pour la déco)

Ecosser les fèves et les rincer avec les lentilles. Placer le tout dans une petite casserole avec la feuille de laurier, recouvrir d’eau et porter à ébullition. Cuire une vingtaine de minutes à feu moyen à fort. Arrêter ensuite le feu, mettre un couvercle et laisser la casserole sur la plaque chaude encore une dizaine de minutes (poursuivre la cuisson 5 minutes de plus si vous cuisez au gaz).
Pendant la cuisson des lentilles et des fèves, préparer la sauce en mélangeant dans un saladier le jus d’un citron, l’huile d’olive, le tahine et le sel.
Rincer et sécher le basilic, le ciseler finement avec une paire de ciseaux et ajouter ceci à la sauce.
Laver et sécher les oignons nouveaux et les émincer finement (blanc et vert). Ajouter dans le saladier.
Laver et sécher le cassis, l’égrapper et ajouter aussi au saladier.
Quand le mélange lentilles-fèves est cuit, l’égoutter, le rincer, enlever la feuille de laurier, puis l’ajouter dans le saladier et bien mélanger le tout.
Éventuellement parsemer de fleurs de bourrache et servir.

photo 3(1)

Salade de lentilles aux asperges et à l’ail des ours, pour un petit saladier
L’ail des ours peut sans problème être remplacé par du basilic et les asperges par de petites courgettes en été!
–       120 g de lentilles blondes
–       1 feuille de laurier
–       un petit bout de carotte (facultatif)
–       4 asperges blanches (ou plus !)
–       1 cc d’huile d’olive
–       15 g d’ail des ours*
–       15 g d’huile d’olive*
–       2 cc de vinaigre balsamique
–       1 cc de sel aux herbes
* si vous avez un mélange déjà prêt huile – herbes aromatiques mixées dans un bocal au frigo, cela correspond à 1 cc bombée.

Mettre les lentilles blondes avec le laurier et éventuellement le petit bout de carotte dans une casserole. Recouvrir d’eau, porter à ébullition et cuire une vingtaine de minutes à feu moyen à fort jusqu’à ce qu’elles soient tendres.
Pendant ce temps, rincer et sécher l’ail des ours, le couper grossièrement puis le mixer avec l’huile d’olive.
Couper la partie dure du bas des asperges, les éplucher puis les couper en biseau (=de travers) tous les 5 mm, à partir de 2 à 3 cm depuis le haut de l’asperge, histoire de conserver la pointe intacte.
Dans une poêle, faire revenir sur feu fort les asperges dans l’huile d’olive avec le sel. Retirer du feu quand elles sont rôties, soit au bout de 2 à 3 minutes.
Mélanger la préparations huile-ail des ours (en gardant quelques gouttes de côté pour la déco si vous le souhaitez), le vinaigre balsamique et le sel aux herbes.
Quand les lentilles sont cuites, les égoutter, les rincer, enlever la feuille de laurier et le bout de carotte si vous l’avez utilisé. Mélanger avec la sauce. Placer les lentilles dans un plat de service, recouvrir avec les asperges rôties et éventuellement parsemer de quelques gouttes d’huile à l’ail des ours.

 photo 2(1) copie

Advertisements

pâtes à l’ail des ours… et houmous

Ce printemps a été l’occasion de nombreuses expérimentations avec de l’ail des ours. Après les gaufres salées, voici donc des pâtes. Le mélange farine de pois chiche et ail des ours ayant fait des merveilles en version gaufre, j’ai continué à l’utiliser, et cette fois j’ai mélangé houmous, ail des ours et épinards. Un mélange vraiment fort en goûts. Le mélange pois-chiche + ail des ours reviendra encore une fois dans ces pages prochainement pour une recette beaucoup moins classique…
Profitez bien de ces pâtes en attendant !

photo 3

Pour deux portions de pâtes aux épinards, ail des ours et houmous
–       une feuille de laurier et une grosse cc de sel fin
–       des pâtes courtes (env. 150 à 200g selon votre faim)
–       une grosse poignée d’épinards (env. 50 g)
–       50 g de ‘jus’ des pâtes (=1/2 dl d’eau de cuisson)
–       70 g de pré-pesto d’ail des ours (= 35 g d’ail des ours et 35 g d’huile d’olive mixés)
–       70 g de houmous (si vous n’avez pas de recette de houmous maison, vous en trouverez une ci-dessous)
–       ½ cc de fleur de sel
–       quelques fleurs de ciboulette pour la déco (facultatif)

Mettre une grande quantité d’eau à chauffer. Lorsque l’eau est à ébullition, y ajouter la cc de sel fin et la feuille de laurier. Y cuire les pâtes.
Pendant ce temps, laver les épinards et les hacher finement.
Laver et sécher l’ail des ours puis le mixer avec de l’huile d’olive.
Juste avant la fin de la cuisson des pâtes, prélever 50 ml de leur eau de cuisson. Égoutter les pâtes.
Dans la casserole ayant servi à cuire les pâtes, mélanger les épinards, le mélange huile-ail des ours, l’eau de cuisson des pâtes, le houmous et la fleur de sel. Bien mélanger jusqu’à ce que le mélange chauffe et que les épinards soient cuits (2-3 minutes). Ajouter les pâtes, mélanger, rectifier l’assaisonnement et servir avec une salade.

Pour un bol de houmous
Cette recette est exprès un peu épaisse. Pour une texture plus fluide, ajouter un peu d’huile d’olive, de jus de citron et/ou quelques cs d’eau.
Par ailleurs, cette recette fait la part belle à l’ail et au citron. Si vous n’êtes pas ultra-fan de l’ail, ajoutez une cc à la fois (en goûtant à chaque fois), en sachant que le goût de votre houmous deviendra plus fort si vous ne le mangez pas tout de suite. Préparez-le donc moins aillé que votre houmous idéal.
Avec ces proportions, vous aurez des restes, et c’est le but ! A utiliser avec d’autres plats dans un mezze, dans un sandwich ou encore en version dip à l’apéro.

photo 1

–       150 g de pois chiches secs
–       1 feuille de laurier
–       1 pointe de bicarbonate de soude
–       6 cs d’huile d’olive
–       1 cc de fleur de sel
–       1 cs bombée de purée d’ail
–       un citron
–       quelques pincées de sumac et un peu d’huile d’olive pour servir (facultatif)

La veille, laisser tremper les pois chiches dans un grand volume d’eau.
Le jour même, les faire cuire avec la feuille de laurier et le bicarbonate : porter à ébullition puis baisser un peu le feu et laisser cuire à petits bouillons pendant 50 minutes (les pois doivent être tendres). Rincer et égoutter, jeter la feuille de laurier.
Mettre les pois dans le bol d’un blender, avec l’huile d’olive, le sel, la purée d’ail et le jus d’un citron. Mixer jusqu’à l’obtention d’une purée lisse. Laisser refroidir et c’est prêt !
Si vous souhaitez servir le houmous seul, ajouter éventuellement un peu d’huile d’olive puis quelques pincées de sumac.

Edit du 26 mai 14: cette recette ne comprend pas de tahine (purée de sésame) ce qui tout à fait contraire à ma vision du houmous!! Il se passe des fois des trucs bizarres dans ma cuisine – pour ne pas dire dans mon cerveau… Si vous utilisez cette recette pour en faire un simple houmous (pas pour aller avec les pâtes, donc), ajoutez un cc bombée de tahine et ce sera encore meilleur!

Gaufres vertes de printemps

Les gaufres salées, c’est un truc délicieux, et c’est facile à faire en version végane et sans gluten – ça m’a pris quelques essais quand même pour qu’elles aient la texture que je voulais, mais là vous avez directement la recette, donc c’est vraiment tranquille. Et rapide à faire. Le seul point pas évident c’est de trouver à qui emprunter un moule à gaufres si vous n’en avez pas, le reste ça va tout seul.

photo 4

Les gaufres du jour sont vertes et parfumées à l’ail des ours. La texture est croustillante autour, moelleuse au milieu et le goût est intense en restant ‘confortable’. Délicieuses telles quelles, avec une salade, voire même en version ‘plat’ avec une sauce aux morilles.
Pour préparer cette recette, l’ail des ours est d’abord mixé avec de l’huile d’olive pour confectionner une base de pesto. N’hésitez pas à en faire plus que ce qui est prévu dans la recette, car une fois conditionné de cette façon, le mélange se conserve plusieurs mois au frigo, et ces gaufres peuvent donc être réalisée telle quelle toute l’année ! Vous pouvez aussi remplacer cette herbe printanière par du basilic.

Et je termine ce petit mot par un grand merci à D. pour ses livraisons d’ail des ours, toujours aussi appréciées !

photo 1 copie

Pour 8 petites gaufres
–       1 cs de levure déshydratée (env. 5 g)
–       3 cs de lait d’amande°
–       50 g d’ail des ours
–       0.5 dl d’huile d’olive
–       1 dl de crème d’amande°
–       1 petite cc de fleur de sel
–       80 g de farine de pois chiches*
–       30 g de farine de sarrazin*
° le lait et la crème d’amande peuvent être remplacés par les mêmes produits à base de riz, d’avoine ou de soja
* Si vous n’avez pas l’une ou l’autre de ces deux farines : possible de ne faire qu’avec de la farine de pois chiche, de remplacer la farine de sarrazin par de la farine de châtaigne ou encore d’utiliser de la farine de maïs à la place de celle de pois chiches

Dans un grand saladier, délayer la levure dans le lait d’amande, réserver.
Laver et sécher l’ail des ours, le mixer avec l’huile d’olive.
Ajouter dans le saladier le mélange huile- ail des ours, la crème d’amande et le sel. Bien mélanger le tout.
Ajouter les farines, mélanger à nouveau puis laisser poser un quart d’heure.
Huiler le gaufrier et le faire chauffer. Une fois qu’il est chaud, confectionner les gaufres avec une grosse cs de pâte, et en laissant cuire quelques minutes (de 3 à 5 en fonction de la température du gaufrier), jusqu’à ce que les gaufres soient dorées. Au sortir du gaufrier, placer les gaufres sur une grille pour éviter qu’elles ne deviennent molles.

photo 3

Et si vous souhaitez faire une sauce aux morilles pour accompagner ces gaufres, voici comment procéder pour 4 portions de sauce…
–       40 g de morilles séchées
–       2 échalotes
–       1 cc d’huile d’olive
–       1 noisette de cénovis (facultatif – produit typiquement suisse, et étrange, dont j’ai déjà parlé ici)
–       fleur de sel

Mettre les morilles à tremper – si vous utilisez des champignons achetés dans la grande distribution, vous pouvez les mettre à tremper quand vous commencez à cuisiner. Si vous utilisez des champignons séchés artisanalement, il faudra prévoir de le faire le jour avant.
Peler et émincer finement les échalotes, les faire revenir dans l’huile d’olive. Ajouter les champignons, cuire quelques minutes puis ajouter quelques cs d’eau de trempage des morilles, le cénovis et le sel. Poursuivre la cuisson à feu moyen quelques minutes, rectifier l’assaisonnement et c’est prêt.

photo 2